Pour le diagnostic de l’allergie au lait de vache, faites confiance à E.T. !

mercredi 1er avril 2015 par Dr Bertrand Lovato1572 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Pour le diagnostic de l’allergie au lait de vache, faites confiance à E.T. (...)

Pour le diagnostic de l’allergie au lait de vache, faites confiance à E.T. !

Pour le diagnostic de l’allergie au lait de vache, faites confiance à E.T. !

mercredi 1er avril 2015, par Dr Bertrand Lovato

L’importance de l’urticaire de contact allergique au lait chez les enfants allergiques au lait de vache. : Vered Schichter-Konfino1, Meital Almog1, Ellen Bamberger3, Drora Berkowitz2 andAharon Kessel1,*

dans Pediatric Allergy and Immunology

- Prérequis :

  • L’allergie au lait de vache est l’allergie alimentaire la plus courante dans la petite enfance.
  • L’allergie alimentaire est généralement déclenchée par l’ingestion, mais peut également être déclenchée par le contact avec la peau.
  • Ce travail a étudié l’incidence et la signification clinique de l’urticaire de contact induite par les protéines de lait de vache chez des sujets allergiques au lait de vache avec ou sans dermatite atopique.

- Méthodes :

  • 157 enfants ont été inclus dont 133 diagnostiqués allergiques au lait de vache.
  • L’étude était basée sur des données d’observation recueillies dans le cadre de soins aux patients incluant un prick test et un « finger test » dans lequel du lait de vache est déposé sur la joue de l’enfant par le doigt du médecin pour détecter l’urticaire de contact.

- Résultats :

  • 89 des 133 patients (66.9%) avaient une allergie IgE-médiée. 40 de ces 89 patients (44.9%) étaient positifs au « finger test ».
  • Une atopie familiale était plus élevée chez ceux qui étaient positifs pour l’urticaire de contact (52.5% contre 28.5%, p=0,029).
  • Les patients positifs pour une urticaire de contact aux protéines de lait de vache avaient une plus grande incidence d’allergies alimentaires multiples que les patients négatifs au « finger test » (50% versus, p<0,004).
  • Les patients porteurs d’une allergie aux protéines de lait de vache IgE-médiée avec dermatite atopique avaient statistiquement plus d’urticaire de contact au lait comparé aux patients sans dermatite atopique (71% contre 37%, p=0,0064).
  • Les enfants avec une allergie au lait non IgE-médiée et les patients contrôles sains n’avaient pas d’urticaire de contact aux protéines de lait de vache.

- Conclusions :

  • L’urticaire de contact aux protéines de lait de vache existe seulement chez les patients avec une allergie au lait IgE-médiée.
  • Un « finger test » au lait de vache pourrait faire partie de l’évaluation des patients allergiques au lait de vache, sa positivité suggèrerait la possibilité d’allergies alimentaires multiples, en particulier pour le sésame et l’œuf.

Cette étude israélienne a tenté d’étudier la signification clinique et l’incidence de l’urticaire de contact au lait de vache chez les enfants allergiques au lait de vache.

44.9% des enfants allergiques au lait sur un mode IgE-médié avaient une urticaire de contact par le « finger test » (goutte de lait déposée sur la joue des enfants par le doigt du médecin) et ce d’autant plus s‘ils avaient une histoire familiale d’atopie. 50% de ces patients étaient porteur d’allergies alimentaires multiples.

Les patients positifs pour une urticaire de contact étaient en majorité porteurs d’une dermatite de contact avec allergie IgE-médiée au lait alors qu’en cas d’allergie non IgE, il n’y avait pas d’urticaire de contact.

Ce travail montre donc que ce test simple de « finger test » est évocateur d’allergies alimentaires multiples et d’une allergie IgE-médiée aux protéines de lait de vache chez les enfants. Le profil allergénique des enfants est ainsi complété par un test au doigt facilement réalisable.

Ce travail vient à contre sens des techniques actuelles d’allergies moléculaires pour privilégier une approche clinique mais ne serait-ce pas la base de la médecine ?