Les intestins d’enfants avec eczéma allergique seraient-il trop « propres » ?

jeudi 17 septembre 2015 par Dr Bertrand Lovato1015 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Les intestins d’enfants avec eczéma allergique seraient-il trop « propres » (...)

Les intestins d’enfants avec eczéma allergique seraient-il trop « propres » ?

Les intestins d’enfants avec eczéma allergique seraient-il trop « propres » ?

jeudi 17 septembre 2015, par Dr Bertrand Lovato

Microbiome intestinal et profils de réponse immunitaire innée dans la dermatite atopique.C. E. West,
P. Rydén,
D. Lundin,
L. Engstrand,
M. K. Tulic,
S. L. Prescott

dans Clinical & Experimental Allergy
Volume 45, Issue 9
September 2015
Pages 1419–1429

- Prérequis :

  • Des modèles de microbiome intestinal ont été associés à une prédisposition pour l’eczéma par modulation des signaux d’immunité innée.

- Objectifs :

  • Le développement du microbiome intestinal a été examiné durant la première année de vie en ce qui concerne les réponses immunitaires innées et l’apparition d’eczéma associée aux IgE sur les 2,5 premières années chez des enfants prédisposés en raison de l’existence d’une atopie maternelle.

- Méthodes :

  • La composition et la diversité microbienne ont été analysées dans des échantillons de selles durant la grossesse et à l’âge de 1 semaine, 1 mois et 12 mois chez des nourrissons (n=10) qui ont développé un eczéma IgE médié et des enfants qui sont restés indemnes de pathologie allergique jusqu’à l’âge de 2,5 ans (n=10).
  • Les données des microbiomes à 1 semaine et 1 mois ont été analysées par rapport aux réponses immunitaires des ligands TLR 2 et TLR 4 à l’âge de 6 mois.

- Résultats :

  • L’abondance relative des bactéries Gram+ Ruminococcaceae était inférieure à l’âge d’une semaine chez les nourrissons développant un eczéma IgE-induit par rapport aux témoins (p=0,0047).
  • A cet âge, l’abondance relative en Ruminococcus était inversement associée à la présence de TLR2 induits par l’IL6 (-0.567, p=0.042) et le TNF-alpha (-0.597, p=0,032), il y a avait aussi une association inverse ente l’abondance des protéobactéries (comprenant les taxons Gram-) et la présence de TLR4 induite par le TNF-alpha (-0.629, p=0.024).
  • Cette relation a persisté à 1 mois avec l’association inverse entre l’abondance relative en Enterobacteriaceae (protéobactéries) et TLR4 induit par TNF-alpha (-0.697, p=0.038) et entérobactéries et IL6 (-0.709, p=0.035).
  • Les mères dont les enfants ont développé un eczéma atopique avaient une plus faible alpha-diversité (=diversité locale) en Bactéroidetes (p=0.004) même si ce n’était pas observé plus tard chez leurs enfants.
  • A 1 an, l’alpha-diversité en Actinobacteria était plus faible chez les nourrissons atteints d’eczéma IgE-induit par rapport aux témoins (p=0,002).

- Conclusion :

  • Les résultats suggèrent qu’une abondance relative réduite en bactéries intestinales potentiellement immmunomodulatrices est associée à des réponses exagérées de cytokines inflammatoires par ligands TLR et un développement subséquent d’eczéma IgE-induit.

Cette étude suédoise a tenté de mettre en évidence un lien entre le développement du microbiome intestinale du nourrisson et l’apparition d’un eczéma IgE-induit.

Elle ne porte que sur 10 cas d’eczéma et 10 cas contrôles.

Des analyses microbiennes de l’intestin de ces enfants ont été réalisées à l’âge de 1 semaine, 1 mois et 12 mois de vie ainsi que l’analyse des réponses immunitaires dues aux ligands TLR2 et 4.

Les résultats montrent une plus faible abondance relative en germes intestinaux de type Ruminococcaceae chez les enfants porteurs d’un eczéma IgE-médié à l’âge d’une semaine.

Cette faible abondance était corrélée à une plus forte réponse immunitaire par le biais des TL2 et TLR4 (également rapportée avec les Entérobactéries).

Cette relation persistait à l’âge d’un mois.

Il est observé, à l’âge d’un an, une plus faible diversité en Actinobactéria dans la flore microbienne intestinale des enfants avec eczéma IgE-induit.

L’étude conclue donc à l’existence d’une plus forte réponse immunitaire par TLR2 et 4 chez les enfants avec eczéma allergique que dans le groupe contrôle.

Autrement dit, moins la flore bactérienne intestinale est abondante et diversifiée, plus sont importants les phénomènes d’immunité innée facilitant le développement d’un eczéma allergique.

Les germes intestinaux ont une action immunomodulatrice, ils sont reconnus par les récepteurs TLR2 et 4 qui ont un rôle dans la reconnaissance bactérienne avec pour conséquence une stimulation de la production d’IL 6, une activation des macrophages et des autres mécanismes d’immunité innée qui est la forme la plus « primaire » d’immunité.

Ce travail est probablement à rapprocher des divers travaux montrant les bénéfices des probiotiques chez les enfants atopiques.