Ouvrez la bouche et fermez les yeux, ça s’appelle un test de provocation en double aveugle.

mardi 20 octobre 2015 par Dr Céline Palussière764 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Ouvrez la bouche et fermez les yeux, ça s’appelle un test de provocation en (...)

Ouvrez la bouche et fermez les yeux, ça s’appelle un test de provocation en double aveugle.

Ouvrez la bouche et fermez les yeux, ça s’appelle un test de provocation en double aveugle.

mardi 20 octobre 2015, par Dr Céline Palussière

Ara h 2 et Ara h 6 sont les meilleurs facteurs prédictifs d’une allergie sévère à l’arachide : une étude en double aveugle contre placebo. : Kukkonen AK, Pelkonen AS, Mäkinen-Kiljunen S, Voutilainen H, Mäkelä MJ.

Ara h 2 and Ara 6 are the best predictors of severe peanut allergy : a double-blind placebo-controlled study.

dans Allergy 2015 ; 70 : 1239–1245

- Contexte :

  • Le diagnostic fondé sur les composants est un outil moderne pour la prise en charge de l’allergie, mais les études s’appuyant sur les tests de provocation en double aveugle contre placebo sont rares.
  • Nous avons voulu optimiser le diagnostic pour l’allergie modérée à sévère à l’arachide dans une région où l’allergie au bouleau est endémique, et mettre au point un test de réintroduction par voie orale avec caractérisation de l’activité allergénique.

- Méthodes :

  • Nous avons réalisé des tests de réintroduction en double aveugle contre placebo pour l’arachide sur un échantillon d’enfants âgés de 6 à 18 ans présentant une sensibilisation à l’arachide ou une forte suspicion d’allergie à l’arachide, y compris avec anaphylaxie.
  • Nous avons mesuré les IgE spécifiques pour Ara h 1,2,3,6,8, et 9.
  • Le test de l’activité allergénique des produits du test était effectué par test microarray d’IgE inhibition.

- Résultats :

  • Sur les 102 patients, 69 ont eu un test de provocation positif : 25 (36%) ont présenté des symptômes sévères, 36 (52%) une réaction modérée et 8 (12%) légère ; 38 (37%) ont reçu de l’adrénaline.
  • L’aire sous la courbe pour les IgE spécifiques de Ara h 6 AUC 0.98 (95%CI, 0.96–1.00) était le meilleur marqueur d’une allergie modérée à sévère.
  • Lorsque les IgE pour Ara h 2 et Ara h 6 étaient mesurées ensemble, toutes (100%) les réactions sévères pour de faibles doses étaient diagnostiquées avec succès.
  • Les IgE pour Ara h 8 n’avaient pas de valeur diagnostique AUC 0.42 (95%CI, 0.30–0.52) .
  • Les cacahuètes grillées et non grillées inhibaient 100% de la liaison IgE à Ara h 1, 2, 3, et 6.
  • Les cacahuètes non grillées inhibaient 87% de la liaison IgE à Ara h 8, les cacahuètes grillées l’inhibaient à 30%.
  • Les produits ne contenaient pas d’activité Ara h 9.

- Conclusion :

  • La cosensibilisation à Ara h 2 et Ara h 6 était associée aux réactions sévères ce qui permet de distinguer les allergies sévères des réactions bénignes.
  • Les IgE spécifiques pour Ara h 8 ne montraient pas de valeur diagnostique.
  • Le diagnostic moléculaire réduit les besoins en tests de provocation par voie orale pour l’allergie à l’arachide.

L’allergie à l’arachide peut donner des symptômes tout à fait variables selon le profil de sensibilisation des patients. Les réactivités croisées au pollen de Bouleau provoquent de réactions bénignes, le plus souvent un syndrome oral. Les réactivités aux protéines de stockage sont en revanche responsables de réactions souvent sévères.

Cette étude a été menée en Finlande où la prévalence de l’allergie au pollen de bouleau est élevée, et où se pose particulièrement la question de l’interprétation des sensibilisations à l’arachide.

Une centaine de patients ont réalisé un test de provocation pour l’arachide, et les résultats ont été rapportés à leur profil de réactivité sérique.

On ne fait pas de découverte majeure à la lecture de l’article, puisque la sévérité des réactivités aux protéines de stockage est maintenant connue depuis longtemps.

L’originalité de l’étude tient plutôt à la réalisation systématique de test de provocation en double aveugle contre placebo, ce qui est rarement fait, pour confirmer le tableau clinique en fonction des IgE spécifiques. Schéma plutôt courageux, les patients n’étant pas sélectionnés selon la clinique : près de 40% ont besoin d’adrénaline au décours du test !

On retiendra le peu de pertinence clinique d’une sensibilisation à la PR10 de l’arachide, Ara h 8, les cacahuètes étant le plus souvent consommées grillées.

Il est plus surprenant de constater le peu de pertinence de la LTP, Ara h 9, dont l’activité allergénique dans les produits testés n’était pas mise en évidence par IgE inhibition. Ceci peut certainement être lié à l’origine géographique des patients testés (Scandinavie), peu sujets au syndrome LTP. Ces résultats ne sont donc pas extrapolables à tous les pays, comme souvent en allergologie alimentaire.

Les 2S-albumines, Ara h 2 et Ara h 6 confirment leur rôle dans les réactions allergiques sévères, mais on n’a pas de notion de seuil déterminant.

En pratique, nous ne disposons pour l’instant que de Ara h 2 en dosage unitaire, Ara h 6 étant présent sur la micropuce ISAC uniquement. Plusieurs auteurs ont déjà proposé de remplacer en pratique la recherche d’IgE pour l’arachide en extrait global par le dosage d’IgE pour Ara h 2, ce qui augmente la valeur prédictive du test. Tout l’intérêt est en effet d’éviter dans un grand nombre de cas les tests de provocation par voie orale, potentiellement dangereux.