Les allergologues deviennent fous : non, on a jamais vu d’allergie au vin à Bordeaux !!

lundi 26 octobre 2015 par Dr Stéphane Guez1176 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Les allergologues deviennent fous : non, on a jamais vu d’allergie au vin à (...)

Les allergologues deviennent fous : non, on a jamais vu d’allergie au vin à Bordeaux !!

Les allergologues deviennent fous : non, on a jamais vu d’allergie au vin à Bordeaux !!

lundi 26 octobre 2015, par Dr Stéphane Guez

Evaluation de la sensibilisation aux allergènes du raisin et au vin dans les effets indésirables au vin : une étude pilote. : Nadine Jaeckels1*, Iris Bellinghausen2, Petra Fronk1, Bärbel Heydenreich2, Joachim Saloga2 and Heinz Decker1*

* Corresponding authors : Nadine Jaeckels jaeckeln@uni-mainz.de - Heinz Decker hdecker@uni-mainz.de

Author Affiliations
1 Institute for Molecular Biophysics, Johannes Gutenberg-University Mainz, Jakob-Welder-Weg 26, Mainz, D-55128, Germany

2 Department of Dermatology, University Medical Center Mainz, Langenbeckstraße 1, Mainz, D-55131, Germany

dans Clinical and Clinical and Translational Allergy

- Introduction :

  • Dans une étude récente portant sur 4000 personnes sélectionnées randomisées, 68 (7.2%) parmi 948 répondants rapportent des symptômes d’intolérance et/ou d’allergie au vin.
  • L’objectif de cette étude a été d’analyser si une sensibilisation réelle aux protéines du vin pouvait être confirmée par une évaluation diagnostique et/ou immunologique.

- Matériel et Méthode :

  • 19 patients rapportant des antécédents d’intolérance au vin et 10 patients contrôles sans antécédents d’intolérance ont participé à une enquête allergologique avec prick-tests, dosage ImmunoCAP à la recherche d’IgEs, étude d’activation des basophiles et immunoblot à la recherche d’IgE spécifiques.
  • Pour ce travail, des raisins blanc et rouge, des vins sélectionnés et une LTP connue comme allergène du raisin ont été utilisés.

- Résultats :

  • 7 patients ont des preuves d’une sensibilisation IgE au vin ou au raisin, incluant un patient témoin.
  • Un patient avec des symptômes d’intolérance avec un prick-test positif au raisin rouge, un ImmunoCAP positif au raisin, une test de dégranulation des basophiles positif à une inhibition du western blot lié aux CCD.

- Conclusion :

  • Cette étude s’est centrée sur les causes IgE médiées liées aux protéines du raisin entrainant une intolérance au vin (vraie allergie) et pas aux autres composants ou agents de collage (autres formes d’intolérance).
  • Une sensibilisation au raisin et aux protéines du vin a été observée dans cette cohorte.
  • Dans 1 cas, la réactivité pourrait être expliquée par une réactivité croisée aux CCD.
  • Les résultats de cette étude pilote doivent être confortés par une étude portant sur une plus grande cohorte.

Dans ce travail, les auteurs ont systématiquement interrogés une large population et ont pu mettre en évidence une intolérance au vin d’allure allergique dans 7.2% des cas.

Une étude approfondie chez un échantillon de cette population révèle l’existence d’une allergie vraie aux protéines du raisin.

Ce travail vient après beaucoup d’autres réalisés par des équipes non seulement en France mais également en Espagne, en Italie et en Suède.

Il a été déjà mis en évidence des sensibilisations et des allergies à des protéines spécifiques du raisin, dont une LTP que l’on peut retrouver dans le vin. Il existe également des sensibilisations possibles à des agents de collage (extraits du poisson, œuf ou lait) mais aussi des sensibilisations à des protéines d’hyménoptères parfois broyés dans des vins de fabrication « locale ». Enfin, il a été déjà signalé le facteur confondant représenté par les CCD : il semble en effet exister une sensibilisation cliniquement signifiante vis-à-vis de ces CCD.

Il est donc intéressant de voir que des équipes s’intéressent toujours à ce sujet mais les résultats rapportés ici ne sont pas réellement nouveaux.