Les allergies alimentaires épuisent les parents mais aussi les régulateurs du ministère de l’immunité !

mardi 3 novembre 2015 par Dr Stéphane Guez711 visites

Accueil du site > Sciences > Immunologie > Les allergies alimentaires épuisent les parents mais aussi les régulateurs du (...)

Les allergies alimentaires épuisent les parents mais aussi les régulateurs du ministère de l’immunité !

Les allergies alimentaires épuisent les parents mais aussi les régulateurs du ministère de l’immunité !

mardi 3 novembre 2015, par Dr Stéphane Guez

L’allergie alimentaire chez l’enfant diminue les réponses des LT régulateurs après une exposition allergénique in vivo. : Thanh D Dang1,2, Katrina J. Allen1,2,3,4,*, David Martino1, Jennifer J. Koplin1,2, Paul V Licciardi1,2 andMimi L K Tang1,2,3
DOI : 10.1111/pai.12498
dans Vol. 26 Issue 7
Pediatric Allergy and Immunology

- Introduction :

  • Les LT régulateurs (Tregs) ont un rôle majeur dans le développement de la tolérance orale, et des études suggèrent que c’est le dysfonctionnement de ces cellules qui pourrait induire le développement d’une allergie alimentaire.
  • Cependant actuellement, aucune étude n’a suivi les réponses des Tregs après une exposition in vivo aux allergène de l’arachide ou de l’œuf chez l’homme.

- Objectif de l’étude :

  • Il a été d’étudier les modifications dans le sang périphérique des populations cellulaires Tregs (CD4+CD25+FOXP3+) totales, activées et naïves,
    • dans l’allergie alimentaire,
    • chez des patients sensibilisés mais tolérants
    • et chez des témoins non sensibilisés et non allergiques,
  • après une exposition allergénique in vivo.

- Matériel et Méthode :

  • Des sous groupes d’enfants d’une cohorte (HealthNuts study) ayant :
    • une allergie à l’oeuf ou à l’arachide (n = 37),
    • une sensibilisation à l’oeuf ou à l’arachide (n = 35)
    • ou n’ayant ni sensibilisation ni allergie (n = 15),
  • ont été étudiés.
  • Tous les patients ont eu un test de provocation orale à l’oeuf ou à l’arachide.
  • Les prélèvements de sang total ont été réalisés dans l’heure qui a suivi le TPO (exposition allergénique in vivo) et les populations Treg ont été évaluées in vitro à jour 0, et après 2 et 6 jours.

- Résultats :

  • Les enfants non sensibilisés et non allergiques ont un taux stable de Treg au fil du temps
  • Les enfants sensibilisés aux aliments ont une chute transitoire du % de Treg, qui revient à la normal à 6 jours (6.87% à J0, 5.27% à J2, 6.2% à J6)
  • Les enfants ayant une allergie alimentaire ont une réduction persistante des Treg (6.85% à J0, 5.4% à J2 et 6.2% à J6) après l’exposition in vivo aux allergènes alimentaires.
  • De plus les enfants ayant une allergie alimentaire ont une diminution significative du ratio Treg activés sur LT non activés (10.5 +/- 0.77) à J0 par rapport aux enfants sensibilisés (14.6 +/- 1 .24) et par rapport aux non allergiques non sensibilisés (16.2 +/- 1.23).

- Conclusion :

  • Ces données suggèrent que le statut de sensibilisation est associé à une déplétion des Treg après une exposition allergénique in vivo.
  • La diminution de la capacité de régénération du pool de Treg après une exposition allergénique peut être un facteur important qui détermine la formation d’une allergie versus une sensibilisation sans réaction allergique.

Dans ce travail, les auteurs démontrent sur différents groupes d’enfants, que l’allergie alimentaire induit au décours d’une réaction allergique une diminution significative du taux des Treg.

Cette diminution n’est que transitoire chez les enfants sensibilisés, et n’existent pas chez les enfants non allergiques.

Ce travail peut être interprété de différentes manières.

Il existe effectivement une cinétique différente des Treg après une exposition allergénique, mais initialement l’ensemble des enfants, allergiques ou non, sensibilisés ou non, ont le même nombre de Treg et les mêmes sous populations lymphocytaires.

La question est donc posée de savoir si l’anomalie vient des Treg ou de l’environnement en cytokines qui modifie la cinétique des Treg. Les résultats semblent plutôt orienter vers cette conclusion. L’anomalie à l’origine du développement de l’allergie alimentaire passe donc par une modification du fonctionnement des Treg, mais sous des effets immunologiques qui restent à comprendre.

Le Treg semble en tout cas faire partie de la chaîne qui conduit à l’allergie.