Les enfants : si vous préférez ne pas devenir asthmatiques quand vous serez plus grands, planquez vos éosinophiles quand vous faites une bronchiolite !

lundi 16 novembre 2015 par Dr Philippe Carré688 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Les enfants : si vous préférez ne pas devenir asthmatiques quand vous serez (...)

Les enfants : si vous préférez ne pas devenir asthmatiques quand vous serez plus grands, planquez vos éosinophiles quand vous faites une bronchiolite !

Les enfants : si vous préférez ne pas devenir asthmatiques quand vous serez plus grands, planquez vos éosinophiles quand vous faites une bronchiolite !

lundi 16 novembre 2015, par Dr Philippe Carré

Un faible taux d’éosinophiles au cours de la bronchiolite dans l’enfance est associé à un risque plus faible d’asthme à l’âge adulte. : Backman K, Nuolivirta K, Ollikainen H, Korppi M, Piippo-Savolainen E.

Low eosinophils during bronchiolitis in infancy are associated with lower risk of adulthood asthma.

dans Pediatr Allergy Immunol 2015 : 26 : 668–673.

- Contexte :

  • La bronchiolite de l’enfance peut être la première manifestation de la maladie asthmatique.

- But de l’étude :

  • Évaluer l’association entre les facteurs de risque ou de protection d’asthme dans la petite enfance, et la réduction de la fonction pulmonaire chez des adultes 30 ans après une bronchiolite de l’enfance.

- Méthodes :

  • Quarante sept sujets ayant eu antérieurement une bronchiolite sont rentrés à l’âge moyen de 29.5 ans dans une étude clinique, incluant un examen médical et une mesure de la fonction pulmonaire, après bronchodilatateur, par une courbe débit-volume
  • Les données sur les facteurs de risque dans leur vie précoce, incluant le compte des éosinophiles sanguins lors de leur admission pour une bronchiolite et lors de la convalescence 4 à 6 semaines après, étaient disponibles.

- Résultats :

  • Un compte des éosinophiles sanguins faible (<0.25 x 10E9/l) à l’admission pour une bronchiolite était un facteur protecteur significatif d’asthme à l’âge adulte, et un compte des éosinophiles sanguins élevé (> 0.45 x 10E9/l) au cours de la convalescence était un facteur de risque significatif d’asthme à l’âge adulte, et cela indépendamment du statut atopique dans l’enfance
  • Un asthme parental et un compte des éosinophiles sanguins élevé (> 0.45 x 10E9/l) au cours de la bronchiolite étaient des facteurs de risque significatifs d’une obstruction irréversible des voies aériennes (taux de VEMS/CV en dessous du cinquième percentile de la limite la plus basse de normalité après bronchodilatateur).

- Conclusion :

  • Cette analyse ajustée confirme que l’éosinopénie au cours de la bronchiolite de l’enfance prédisait un faible risque d’asthme, et que l’éosinophilie en dehors de l’infection prédisait un risque élevé d’asthme à l’âge de 28-31 ans
  • L’asthme parental et l’éosinophilie au cours de la bronchiolite étaient reconnus comme des facteurs de risque d’obstruction irréversible des voies aériennes.

Cette étude finlandaise réalisée chez 47 sujets d’environ 30 ans, et ayant eu dans la petite enfance une admission hospitalière pour une bronchiolite aiguë, montre :

  • qu’un compte bas d’éosinophiles (<0.25 x 10E9/l) lors de l’admission dans l’enfance, était un facteur significatif de protection contre l’asthme à l’âge adulte entre 28 et 31 ans, et qu’un compte élevé (>0.45) après l’infection était au contraire un facteur de risque d’asthme significatif, et cela indépendamment du statut atopique de l’enfance
  • que par ailleurs, un taux d’éosinophiles élevé au cours de la bronchiolite était associé de façon indépendante à une obstruction irréversible des voies aériennes à l’âge adulte.
  • qu’une origine virale de la bronchiolite n’avait aucune conséquence particulière en elle-même à l’âge adulte.

La réponse éosinopénique constatée dans cette étude, au cours de la bronchiolite, était plus évidente chez les sujets avec une infection à VRS et un asthme tardif que chez ceux n’ayant pas eu d’infection à VRS et ayant plus d’asthme ultérieurement.

En fonction du taux basal d’éosinophiles sanguins individuel, un taux bas ou même normal d’éosinophiles au cours de l’infection peut signifier une réponse éosinopénique normale à l’infection.

Une histoire familiale d’asthme n’était pas un facteur de risque significatif d’asthme à l’âge adulte, mais d’atteinte de la fonction respiratoire, ce qui peut suggérer un rôle de l’hérédité également dans la fonction respiratoire.

Sur le plan conceptuel, on peut penser que l’éosinophilie au cours de la bronchiolite, qui prédit l’altération de la fonction respiratoire à l’âge adulte, peut être liée aux modifications de la muqueuse bronchique induite par l’inflammation à éosinophiles.

Même s’il y a peu de sujets inclus dans cette étude, elle suggère que l’inflammation à éosinophiles au cours de la bronchiolite de l’enfance peut avoir un impact à long terme sur la fonction respiratoire et la réactivité des voies aériennes, qui peut être résumé comme suit :

  • l’éosinopénie pendant la bronchiolite protège contre l’asthme à l’âge adulte
  • l’éosinophilie pendant la bronchiolite est un facteur de risque d’obstruction irréversible des bronches à l’âge adulte
  • l’éosinophilie après la bronchiolite est un facteur de risque d’asthme.