Le formaldéhyde : conservateur à ne pas conserver.

mercredi 6 avril 2016 par Dr Bertrand Lovato1322 visites

Accueil du site > Allergènes > Contact > Le formaldéhyde : conservateur à ne pas conserver.

Le formaldéhyde : conservateur à ne pas conserver.

Le formaldéhyde : conservateur à ne pas conserver.

mercredi 6 avril 2016, par Dr Bertrand Lovato

Formaldéhyde dans les produits cosmétiques chez les patients atteints de dermatite testés par patch avec et sans allergie de contact au formaldéhyde. : Hauksson, I., Pontén, A., Isaksson, M., Hamada, H., Engfeldt, M. and Bruze, M. (2016),

Formaldehyde in cosmetics in patch tested dermatitis patients with and without contact allergy to formaldehyde.

dans Contact Dermatitis, 74 : 145–151. doi : 10.1111/cod.12493

- Prérequis :

  • Le formaldéhyde est un allergène de contact bien connu.
  • Les libérateurs de formol sont des conservateurs largement utilisés dans les cosmétiques.

- Objectifs :

  • Pour étudier la libération de formaldéhyde dans les cosmétiques apportés par les patients testés pour suspicion d’allergie de contact.
  • Pour comparer ces résultats avec les informations données par les fabricants sur le packaging.
  • Pour investiguer si les patients allergiques au formaldéhyde sont potentiellement exposés à plus de cosmétiques libérant du formaldéhyde que ceux qui n’y sont pas allergiques.

- Patients et méthodes :

  • Les cosmétiques de 10 patients allergiques au formaldéhyde et de 30 non allergiques (contrôles) appariés pour leur âge et leur sexe ont été étudiés à l’aide de l’acide chromoptique spot test, qui est une méthode de mesure semi-quantitative de relargage de formaldéhyde.

- Résultats :

  • Du formaldéhyde a été retrouvé dans 58 des 245 (23.7%) des produits testés.
  • Vingt six sur 126 (20.6%) des produits non rincés étaient libérateurs de formaldéhyde, et 17 sur 26 (65,4%) de ceux-ci n’étaient pas déclarés comme conteneurs de formaldéhyde ou libérateur de formaldéhyde.
  • Parmi les produits rincés, il y avait 32 sur 119 (26,8%) produits libérateurs de formaldéhyde, et 9 sur 32 (28%) de ces produits n’étaient pas labellisés comme conteneurs de formaldéhyde ou libérateurs de formaldéhyde.
  • Cinq sur 10 des patients allergiques au formaldéhyde avaient des produits non-rincés contenant ≥40ppm de formaldéhyde en comparaison à 4 sur 30 dans le groupe contrôle (p=0,029).

- Conclusions :

  • Les produits cosmétiques utilisés par les patients allergiques au formaldéhyde et qui ne sont pas indiqués pour contenir du formaldéhyde ou de conservateur libérateur de formaldéhyde devraient être analysés.

Cette étude suédoise est partie du constat que le formaldéhyde et les conservateurs libérateurs de formaldéhyde sont couramment utilisés dans les cosmétiques alors qu’ils sont des allergènes de contact bien connus.

Les libérateurs de formaldéhyde sont des agents antimicrobiens, les principaux exemples selon Wikipédia sont :
- quaternium-15 ;
- imidazolidinyl urée (Germall 115) ;
- diazolidinyl urée (Germall II) ;
- DMDM hydantoïne (Glydant) ;
- 2-bromo-2-nitropropane-1,3-diol (Bronopol) ;
- tris(hydroxyméthyl) nitrométhane (Tris Nitro) ;
- hydroxyméthylglycinate (Suttocide A).

Les cosmétiques de patients allergiques au formaldéhyde et non allergiques ont été testés.

Les résultats montrent que 23.7% des produits testés contiennent ces conservateurs.

Que 20.6% des produits non rincés et 26.8% des produits rincés contiennent du formaldéhyde ou des libérateurs de formaldéhyde et que ces substances ne figurent pas dans les ingrédients dans 65.4% et 28% des cas respectivement.

D’autre part les patients allergiques au formaldéhyde utilisent des produits contenant une dose plus importante de formaldéhyde que les patients contrôles (produits non rincés).

Autrement dit, plus on utilise de cosmétiques comportant de plus fortes doses de formaldéhyde ou de libérateurs de formaldéhyde, plus on risque de développer une allergie de contact.

Une attention plus particulière doit être portée en particulier sur les produits non rincés qui vont rester plus longtemps en contact avec la peau.

D’où l’importance de pouvoir savoir si le cosmétique en contient mais visiblement les fabricants ne mentionnent pas toujours l’existence de ces composants dans leurs produits alors qu’ils en ont l’obligation (directive européenne de 2005 dès que leur concentration dépasse 0,001% dans les produits non rincés (crèmes, etc...) et 0,01% dans les produits rincés (shampooings, etc...)).