Diagnostic sérique de l’asthme pédiatrique : demandez le marqueur !

mercredi 1er juin 2016 par Dr Philippe Carré3188 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Diagnostic sérique de l’asthme pédiatrique : demandez le marqueur (...)

Diagnostic sérique de l’asthme pédiatrique : demandez le marqueur !

Diagnostic sérique de l’asthme pédiatrique : demandez le marqueur !

mercredi 1er juin 2016, par Dr Philippe Carré

La périostine est un biomarqueur du diagnostic d’asthme pédiatrique. : Inoue T, Akashi K, Watanabe M, Ikeda Y, Ashizuka S, Motoki T, Suzuki R, Sagara N, Yanagida N, Sato S, Ebisawa M, Ohta S, Ono J, Izuhara K, Katsunuma T. Periostin as a biomarker for the diagnosis of pediatric asthma.

dans Pediatr Allergy Immunol 2016 : 00.

- Contexte :

  • Il existe plusieurs marqueurs pour le diagnostic d’asthme, mais ils sont souvent difficiles d’utilisation clinique, en particulier dans les cas pédiatriques
  • La périostine est une protéine de la matrice extra-cellulaire, augmentée en réponse à l’IL-4 ou l’IL-13
  • Il est possible que la périostine sérique puisse être utilisée comme un biomarqueur non invasif dans le diagnostic et la prise en charge de l’asthme.

- Méthodes :

  • Ont été inclus 28 enfants asthmatiques (EA) et 27 enfants contrôles non asthmatiques (pectus excavatum...comme groupe contrôle) âgés de 6 à 16 ans
  • Le diagnostic d’asthme bronchique était fait selon le questionnaire ISAAC
  • La fraction exhalée d’oxyde d’azote (FeNO), la fonction pulmonaire, les comptes d’éosinophiles sanguins, les taux d’IgE totaux et les taux de périostine sérique ont été mesurés
  • Les résultats étaient comparés entre les EA et les contrôles
  • L’exactitude du diagnostic d’asthme était mesurée en utilisant des analyses de type ROC.

- Résultats :

  • Les taux de périostine sérique dans le groupe EA étaient plus élevés de façon significative que ceux du groupe contrôle (médianes, par interquartiles, 134.0 (116.3-166.3) vs 112.0 (97.0-132.0) ng/ml ; p=0.012)
  • L’aire sous la courbe ROC (AUC) pour la périostine, la FeNO et les comptes éosinophiles étai respectivement de 0.70, 0.72 et 0.84
  • Après l’exclusion des contrôles avec pectus excavatum, l’AUC pour la périostine, le VEMS et le DEMM était respectivement de 0.75, 0.74 et 0.80.

- Conclusion :

  • Les taux de périostine sérique étaient significativement plus élevés chez les enfants asthmatiques
  • Les valeurs de l’AUC ROC pour la périostine étaient semblables aux biomarqueurs conventionnels, incluant les taux de FeNO et les tests de fonction respiratoire, ce qui est un élément en faveur de l’utilisation des taux de périostine pour le diagnostic de l’asthme chez l’enfant.

La périostine est une protéine de la matrice extra-cellulaire exprimée dans les fibroblastes et les cellules épithéliales ; sa synthèse est favorisée dans les fibroblastes par les cytokines TH2, particulièrement impliquées dans la pathogénie de l’asthme, induisant dans l’asthme une fibrose sous-épithéliale. Ce pourrait donc être un bon biomarqueur de cette maladie.

Dans cette étude japonaise qui a mesuré les taux de périostine sérique et d’autres marqueurs classiques de l’asthme (FeNO, éosinophiles...) chez 28 enfants ayant un asthme (EA) et 27 enfants contrôles, les taux de périostine étaient plus élevés chez les EA, même en cas d’asthme léger, et de façon corrélée aux autres marqueurs habituels ; cette protéine peut donc être un biomarqueur utile pour le diagnostic d’asthme, en particulier chez les enfants qui ne peuvent pas réaliser une EFR ou chez qui la mesure de la FeNO n’est pas possible.

Deux facteurs confondants associés à une augmentation de la périostine étaient possibles : l’existence d’une dermatite atopique, et ces sujets ont été éliminés de l’étude ; d’autre part le jeune âge des enfants où l’activité ostéogénique est importante, mais il n’y avait pas de différence dans les coefficients de corrélation entre les deux groupes d’enfants.

Deux autres facteurs peuvent limiter les conclusions de cette étude : d’abord l’existence d’une rhinite associée chez la majorité de ces jeunes enfants, même si aucune étude n’a montré jusqu’ici de relation entre rhinite et périostine ; ensuite le fait que cette étude ne s’est pas intéressée aux patients avec un asthme sévère ; ce qui nécessite de réaliser d’autres études complémentaires pour éclaircir ces deux points.