Gros bêta 2 : du nouveau nouveau ou du vieux nouveau ?

vendredi 14 octobre 2011 par la rédaction

Accueil du site > Maladies > Gros bêta 2 : du nouveau nouveau ou du vieux nouveau ?

Gros bêta 2 : du nouveau nouveau ou du vieux nouveau ?

Gros bêta 2 : du nouveau nouveau ou du vieux nouveau ?

vendredi 14 octobre 2011

Avis de commercialisation d’un traitement d’appoint dans la BPCO (broncho pneumopathie chronique obstructive).

C’est désormais disponible en France, chers confrères vous avez à votre disposition un nouveau broncho-dilatateur de longue durée d’action (Bêta 2 long) et il a de nombreux noms (qui ne se réfèrent ni à son origine géographique : il n’est ni breton, ni japonais ; ni à sa modalité de prise : il s’aspire) :

Oui, vous avez bien lus : trois produits commercialisés mais un seul produit en réalité, l’indacaterol au dosage de 150 et 300 microgrammes.

Le système Breezhaler ressemble énormément au système existant du Foradil :

  • Système "Breezhaler" :
  • Système inhalation du Foradil, dit "Aerolizer" :

Chose amusante, les deux systèmes sont commercialisés par le même laboratoire : Novartis.

Bon, donc, le laboratoire Novartis qui disposait d’un bronchodilatateur longue durée efficace avec un système éprouvé commercialise aujourd’hui un bronchodilatateur avec un système ressemblant et une molécule non encore éprouvée en France.

Il y a forcément un gain quelque part...

La Haute Autorité de santé essaye de nous aider sur ce sujet : puisque dans le dossier d’étude qui a donné un avis favorable à cette commercialisation elle a effectivement étudiée l’efficacité, la tolérance et comparé ce produit à ceux existants. Que soit louée cette belle institution pour ce travail !

Le travail est publié sur le site de la HAS

Qu’y voyons nous :

  • Ce produit est aussi efficace que les autres
  • Ces produits sont des traitements symptomatiques qui n’influent pas sur l’évolution de la maladie (BPCO) et viennent après
    • l’arrêt du tabac,
    • la kinésithérapie,
    • la réadaptation à l’effort
    • l’usage des bêta 2 courte durée d’action
  • Parmi les bronchodilatateurs, celui-ci est comparé aux autres bêta-2 (formoterol, salmeterol) mais également à un anticholinergique (tiotropium)
    • Ce produit apporte un gain, parfois :
      • par rapport au tiotropium : il améliore un peu la qualité de vie, et la sensation d’essoufflement (dyspnée). Il ne fait pas mieux que les autres bêta-2 sur ces points là.
      • par rapport au salmeterol et au tiotropium : il diminue le besoin d’une bouffée de bêta 2 courte durée d’action sur 5 jours.
  • Ce produit est aussi bien toléré que les autres, pas mieux et il n’apporte rien de plus que le Foradil Aerolizer commercialisé par le même laboratoire.
  • Il est théoriquement en une prise par jour au lieu de deux pour les autres bêta-2 longs.

La conclusion de la HAS est que : "Le service médical rendu par ONBREZ BREEZHALER, HIROBRIZ BREEZHALER et OSLIF BREEZHALER est important. Ces spécialités n’apportent pas d’amélioration du service médical rendu (ASMR V) par rapport aux autres bronchodilatateurs de longue durée d’action indiqués dans la BPCO. Avis favorable au remboursement en ville et à la prise en charge à l’hôpital."

Traduit en langage commun cela donne qu’effectivement ces produits s’ils n’influent pas sur l’évolution de la maladie elle-même sont importants pour la qualité de vie des patients et qu’à ce titre ce nouveau médicament n’amène guère d’effet supplémentaire ou d’effet secondaire en moins. La dernière phrase me semble par contre en contradiction totale : pourquoi, dans ce cas rembourser un médicament qui n’apporte pas grand chose de plus ?

Voyons donc ce nouveau produit qui n’apporte rien de significativement mieux en service rendu par rapport à l’existant :

  • OSLIF Breezhaler, vendu à ....35,43€

Un gain relatif est quand même espéré : il serait aussi efficace en une prise par jour au lieu de deux. [1]

Donc, Novartis vend deux bronchodilatateurs longue durée d’efficacité considérés comme similaires, le nouveau n’apportant rien de plus que l’ancien, tous deux remboursés par la sécurité sociale, tous deux autorisés par la fameuse HAS qui s’est bien évidemment reprise pour être vraiment objective et impartiale depuis "l’affaire Servier" et ce nouveau médicament qualifié de "pas mieux" est donc vendu plus de deux fois le prix du précédent dit "pas pire" mais peut être utilisé en une prise par jour ce qui le rend juste "plus cher" que les produits déjà existants.

Le gain est très théorique et très relatif... ah si, peut-être, mais ce n’est ni pour le patient, ni pour nos cotisations sécurité sociale !

Il me semble que, la moindre des choses, aurait été de commercialiser ce produit à un coût journalier inférieur aux produits actuellement disponibles. Ce n’est visiblement pas l’avis de nos experts. Surprenant.


Voir en ligne : Dossier BPCO de la HAS