Le retour de Dom peridone ou la malédiction du Motilium

vendredi 21 février 2014 par la rédaction

Accueil du site > Pratique > Le retour de Dom peridone ou la malédiction du Motilium

Le retour de Dom peridone ou la malédiction du Motilium

Le retour de Dom peridone ou la malédiction du Motilium

vendredi 21 février 2014

Scandale sur le Motilium® ! Haro sur la Domperidone

La revue Prescrire fait le buzz cette semaine à propos d’un médicament que tous les Français ont pris ou prendront une fois dans leur vie à l’occasion de nausées, reflux ou autre trouble peristaltique digestif. Ce médicament serait une abomination responsable de dizaines de morts en 2012, voilà. En tout cas c’est la conclusion de l’avis qu’ils ont publié.

Le problème c’est que leur affirmation est une caricature de preuve. Tout ce que cette revue reproche aux industriels du domaine pharmaceutique, elle l’a fait :
- se citer elle-même en référence,
- utiliser des études peu crédibles,
- en tirer des conclusions qui ne peuvent pas en être tirées.

C’est une pure manipulation scientifique et c’est malhonnête. D’autant plus que, a priori, nous avons plutôt une bonne image de cette revue médicale si bien que notre sens critique est moins fort à son égard. Un jeune généraliste vous détaille par le menu pourquoi ils ne sont pas crédibles scientifiquement.

Vous l’avez compris, la domperidone n’est pas, au vu des données que nous avons vraiment, le monstre que Prescrire décrit. Pourquoi veulent-ils sa peau ? Je ne sais pas. Ils conseillent les Inhibiteurs de pompe à proton (IPP) qu’ils jugent anodins (cécités décrites par voie IV ; choc anaphylactiques décrits) et plus appropriés (dans les nausées ? Quel effet les IPP dans les nausées ?). Ces médicaments ont comme effet principal de diminuer l’acidité du contenu stomacal, cela n’influe en rien sur les nausées.

Toujours est-il que, depuis un an, l’ANSM a mis en place une procédure de suivi des effets secondaires rapportés à propos de la Domperidone et rendra son verdict dans quelques jours. C’est plus dans ce contexte là qu’il faut recevoir la communication de mauvaise foi de Prescrire : forcer la main sur la conclusion pour un médicament ancien, connu, globalement bien toléré mais que la revue souhaite faire retirer. Il n’y a qu’à lire le communiqué apeuré de ce matin de l’ANSM pour voir qu’ils ont fait mouche puisque ce communiqué, loin d’être rassurant, explique qu’ils vont se prononcer bientôt.

Si vous souhaitez une information en dehors du microcosme Français sur le risque cardiaque liée à ce médicament, un dossier a été réalisé par l’agence gouvernementale anglaise du médicament (MHRA) et son titre est "Domperidone : small risk of serious ventricular arrhythmia and sudden cardiac death".

Au final, si la mauvaise foi de Prescrire sur le sujet est certain et si la médiatisation de leur communiqué montre bien le relais habituel des mauvais journalistes santé, il faut profiter de cette occasion pour surtout se rappeler que :
- Les Neuroleptiques augmentent l’espace QT, tous. Il existe des recommandations pour eux.
- La domperidone est un dérivé des neuroleptiques et le fait également.
- Les sujets âgés sont réputés plus fragiles sur ce point
- Les personnes souffrant d’un QT long congénital sont la population particulièrement à risque.
- Les anti-histaminiques également sont concernés par ce problème : et oui ! Et il convient donc là aussi de garder cela à l’esprit pour nos patients allergiques.
- D’autres médicaments encore sont responsables d’un allongement du QT, une liste est présente ici (liste non exhaustive bien sûr). On y trouve les béta-stimulants, le lithium, des antibiotiques etc.

Alors merci à Prescrire de nous avoir rappelé que tous les médicaments, mêmes les plus banaux, et parfois en vente libre peuvent occasionner des effets secondaires.

PDF - 87.3 ko
Domperidone selon Prescrire
PDF - 131.2 ko
Domperidone selon l’ANSM
PDF - 124.4 ko
Médicaments allongeants le QT

Voir en ligne : Prescrire dit n’importe quoi