En images
En avez-vous chez vous ?

En avez-vous chez vous ?


L’exposition à Alternaria alternata dans les maisons américaines est associée à des symptômes d’asthme. : Päivi M. Salo, PhDa, Samuel J. Arbes Jr., DDS, MPH, PhDa, Michelle Sever, BSa, Renee Jaramillo, MStatb, Richard D. Cohn, PhDb, Stephanie J. London, (...)

lire la suite

Rubrique moisissures

Substances aériennes souvent associées à l’insalubrité, les moisissures sont des allergènes aériens responsables de bien des maladies : rhinite, conjonctivite, asthme, mais aussi des maladie professionnelles comme celle des éleveurs de volaille ou d’oiseaux, le poumon de fermier, la maladie des fabricants de fromage, des cancers également par certaines mycotoxines relarguées. Il est évident que l’on doit s’en protéger, ainsi que de la condensation dans les habitats. La préservation de votre santé passe par des dessicants de l’air ambiant, qui diminueront l’humidité ( absorbeurs d’humidité avec leurs sachets déshydratants ou par extraction mécanique) passagèrement mais surtout par une remise en cause de la circulation de l’air dans votre habitat, la recherche d’infiltration ou de ponts thermiques.

Derniers articles moisissures

0 | 6 | 12 | 18 | 24
article du 19 11 2013 par Dr Alain Thillay

Standardisation des extraits de moisissures : la quête du Graal !

Le diagnostic allergologique repose sur une démarche globale. L’allergologue rassemble tous les éléments pertinents, anamnestiques, cliniques et biologiques in vivo, et, éventuellement in vitro, afin d’établir son diagnostic. La qualité des extraits allergéniques est donc primordiale, elle doit passer par une standardisation des allergènes. La standardisation des allergènes permet la production (...)
lire la suite 1411 lectures

article du 15 11 2013 par Dr Céline Palussière

En même temps, quand ça sent le moisi, mieux vaut avoir le nez bouché...

L’exposition à la pollution intérieure est une donnée à laquelle les acteurs de santé sont de plus en plus sensibles, en particulier pour la prise en charge de symptômes respiratoires chroniques. Les allergènes intérieurs, l’exposition aux composés organiques volatiles, les moisissures sont les agents les plus fréquemment retrouvés. Il s’agit ici d’une méta-analyse réalisée après une revue systématique (...)
lire la suite 1005 lectures

article du 13 06 2013 par Dr Stéphane Guez

Il ne faut pas laisser moisir les enfants, ce n’est pas bon pour leur asthme !!

Les auteurs ont mesuré la présence d’une contamination par des moisissures dans les habitats d’asthmatiques vivants en milieu rural et urbain, et comparer leur asthme par rapport à des témoins vivants dans ces 2 milieux. Il apparait un lien entre asthme actuel, absence d’atopie et présence de moisissures dans l’habitat. Ce travail porte malheureusement sur un faible nombre de patients et nécessite (...)
lire la suite 784 lectures

article du 18 03 2013 par Dr Céline Palussière

Faut-il vraiment chercher à diminuer l’humidité dans les maisons ?

La deuxième phase de l’étude ISAAC analyse depuis plus de dix ans les caractéristiques des pathologies de type atopique respiratoires et cutanées, en rapport avec les facteurs environnementaux et génétiques. Les résultats exploités dans cet articles concernent l’influence de l’humidité de l’habitat et de la présence de moisissures sur l’apparition de phénomènes respiratoires. Tout l’intérêt de ce (...)
lire la suite 3944 lectures

article du 11 04 2012 par Dr Céline Palussière

Et maintenant les allergologues trafiquent les peptides de moisissure ! Qu’est ce qu’il faut pas faire...

Le diagnostic de l’allergie aux moisissures réalisé avec les extraits allergéniques manque parfois de sensibilité et de spécificité. Cet article envisage les utilisations les plus prometteuses de l’allergologie moléculaire : l’amélioration du diagnostic et la sécurité des traitements spécifiques. Les auteurs de l’étude ont ainsi évalué les performances diagnostiques de la recherche d’IgE spécifiques vis (...)
lire la suite 959 lectures

article du 3 03 2011 par Dr Alain Thillay

Diagnostic résolu par les composants allergéniques : ça marche même pour le moisi !

Le diagnostic résolu par les composants allergéniques révolutionne le monde de l’allergie IgE dépendante. Clairement, il a déjà permis des diagnostics plus pertinents, l’élucidation de réactions croisées et une meilleure prise en charge thérapeutique. Cela est particulièrement vrai dans le domaine pollinique et celui des trophallergènes. Par contre, le large champ d’investigation que représente les (...)
lire la suite 1117 lectures

0 | 6 | 12 | 18 | 24