En images
Adrénaline : « Shoot or not shoot that’s the question ? »

Adrénaline : « Shoot or not shoot that’s the question ? »


Adrénaline, comprimés sublinguaux contre injection intramusculaire : équivalence de dose pour un traitement potentiel de l’anaphylaxie. : Mutasem M. Rawas-Qalaji, BPharma, F. Estelle R. Simons, MDb, Keith J. Simons, PhDab a From the Faculty of (...)

lire la suite

Rubrique urgences

L’allergie, ça n’est pas seulement une maladie chronique fort gênante. Elle peut entraîner des décès. Même s’ils sont, fort heureusement, très rares, les accidents allergiques peuvent le plus souvent être évités.
Connaître la cause de l’allergie, la conduite à tenir dès les premiers signes et savoir réagir vite permettra d’éviter des accidents graves.
L’adrénaline et les broncho-dilatateurs sont les deux seuls traitements de l’urgence allergique.

Plus d’informations sur http://urgence-anaphylaxie.com

Derniers articles urgences

0 | 6 | 12 | 18 | 24 | 30
article du 7 05 2015 par Dr Stéphane Guez

Les corticoïdes n’ont pas d’intérêt dans les urgences allergiques.

Les auteurs ont évalué l’intérêt de l’administration en service d’urgence de corticoïdes, soit pour une réaction allergique soit pour une anaphylaxie. L’utilisation de corticoïdes ne prévient pas une revisite des patients pour rechute allergique dans les 7 jours, et ne permet pas d’éviter une réaction anaphylactique biphasique. Cette étude est très intéressante car l’utilisation des corticoïdes est (...)
lire la suite 785 lectures

article du 13 05 2014 par Dr Stéphane Guez

Choc anaphylactique : pas la peine de garder le patient en surveillance.

Dans ce travail rétrospectif, les auteurs démontrent que l’éventualité d’un choc anaphylactique biphasique est très faible. Aucune réaction léthale n’a été notée, et seulement 1 patient sur 1334 a du être transféré en soins intensifs. Il n’est donc pas nécessaire de garder un patient une fois résolu le choc anaphylactique. Cette étude est très importante car il y avait beaucoup de discussions sur la nécessité (...)
lire la suite 1731 lectures

article du 27 01 2014 par Dr Stéphane Guez

Anaphylaxie alimentaire : c’est pas cool les enfants, ils aiment aller aux urgences !!

Les auteurs ont étudié le devenir d’enfants ayant fait une allergie alimentaire et revenant aux urgences pour une nouvelle allergie alimentaire. L’adrénaline auto-injectable et un antécédent d’allergie alimentaire augmentent le risque de récidive. La sévérité de l’accident initial n’est pas prédictive de l’accident allergique ultérieur. Ce travail semble enfoncer une porte ouverte, mais à bien le lire on (...)
lire la suite 525 lectures

article du 26 04 2013 par Dr Céline Palussière

La tension artérielle ne doit pas être trop haute... mais pas trop basse, quand même !

Il existe fréquemment une baisse de la tension artérielle dans les réactions anaphylactiques. Les médicaments antihypertenseurs sont susceptibles d’interagir avec la réaction initiale et avec les traitements mis en œuvre. Le but de cette étude était donc d’analyser le lien statistique existant entre la sévérité des réactions anaphylactiques et la prise de ces médicaments. Les cas d’anaphylaxie enregistrés (...)
lire la suite 1696 lectures

article du 13 02 2013 par Dr Stéphane Guez

Traitement de l’angioedème du petit qui gonfle c’est comme pour un ballon : avec une aiguille !

Ce travail permet d’avoir une information précieuse sur la prise en charge de l’OANH de type I ou II chez l’enfant. Les résultats de ces études montrent que l’efficacité du traitement par C1-INH dans une population pédiatrique donne des résultats excellents, comparables à ceux obtenus dans une population adulte. Il y a très peu d’effets indésirables rapportés à ce traitement. Le faible nombre de (...)
lire la suite 854 lectures

article du 15 01 2013 par Dr Stéphane Guez

Finalement, l’anaphylaxie c’est lorsque le patient se prend une grosse PAF !!

Dans ce travail, les auteurs ont comparé les taux de PAF, histamine et tryptase chez des volontaires sains et chez des patients présentant des réactions allergiques aigues classées selon 3 degrés de sévérité. Seul le PAF est élevé de façon significative chez tous les patients présentant une réaction sévère. Ce travail simple démontre l’implication d’un médiateur qui a connu son heure de gloire il y a une (...)
lire la suite 1173 lectures

0 | 6 | 12 | 18 | 24 | 30